Assemblée Générale
CCI du Cantal

Ce lundi 29 janvier s’est tenue l’Assemblée Générale de la CCI du Cantal. Au programme de cette AG, le vote du Budget primitif de l’organisme consulaire. Un budget qualifié de transition pour Bernard Villaret, président de la CCI qui a rappelé le contexte dans lequel ce dernier a été voté. « Suite aux mesures gouvernementales, nous devons faire face à une baisse de 19 % de notre ressource. Cependant les élus de la CCI et moi-même avons souhaité présenter ce budget de 4.4 millions d’euros à l’équilibre en le compensant avec la Dotation de solidarité et de péréquation Nationale et Régionale, même si aujourd’hui nous ne connaissons pas encore les montants qui nous seront affectés. »

Des actions en cours et à venir

Des incertitudes financières qui n’ont pas empêché le Président de la CCI de se montrer offensif, avec la présentation d’un copieux plan d’actions pour le premier trimestre, qui sera lancé par le Forum de l'Emploi et es Formations Cantal, le 8 février Prochain. « Je tiens à souligner que les budgets et actions que nous mettons en place, ont pour seule finalité d’être utile au développement de nos entreprises et de notre économie» a insisté Bernard Villaret.  Avant de faire la preuve par l’exemple avec, l’intervention de nombreux élus, comme Marie-Pierre Baldy, Trésorière, qui a présenté la plateforme de financement participatif Tudigo Cantal qui vient d’être lancée à destination de tous les porteurs projets. (www.tudigoCantal.fr). Puis ce fut au tour de Bruno Lacambre d’annoncer de l’opération Accompagnement Stratégique des entreprises, en mars. Opération dont le but est d’accompagner les chefs d’entreprise pour les aider à se développer et à gagner en performance par la prospective. Henri Manhès, Vice-Président en charge de la formation est revenu sur les excellents résultats du Campus avec les formation fibre qui continues de se développer, mais aussi des formation sen cours comme une formation en partenariat avec Pole emploi de Technicien d’équipement en électricité, une formation CQPI Maintenance industrielle et deux formation Agents de production et conducteur de ligne.  Sans oublier, la création d’un centre montagne, nature et tourisme à l’échelle du Massif central qui devrait débuter par une première formation sur la « Préparation au probatoire d’accompagnateur de moyenne montagne ».

Limitation de vitesse : non à la double peine

Enfin avant de conclure cette AG, une motion soutenue par les trois chambres consulaires du Cantal (CCI – Métiers – Agriculture) a été mise au vote pour dire non à la limitation de vitesse à 80 km/h dans le département. « En effet, cette mesure, si elle était maintenue en l’état, renforcerait le sentiment d’isolement et d’abandon d’un milieu économique cantalien qui réclame depuis plusieurs décennies, des mesures fortes en terme de désenclavement routier. Ce serait là, sans nul doute, un coup fatal porté à l’attractivité de notre territoire. Une nouvelle fois, la fracture territoriale s’agrandit et on se dirige lentement mais sûrement vers une France à « deux vitesses » ont exprimé d’une même voix, Bernard Villaret, Président de la CCI et de l'Intersconsulaire et Christian Vabret, Président de la Chambre de Métiers. Une annonce qui a fait écho dans l’assemblée notamment auprès des élus politiques présents. Vincent Descoeur, Député du Cantal, rappelant sa forte opposition à cette décision qu’il juge «discriminante pour le département du Cantal et qui appelle même à des manifestations plus importantes si le Cantal n’était pas entendu ». Même position du côté de Josiane Costes, Sénatrice du Cantal qui a rappelé que « cette décision viendrait annihiler, les efforts d’aménagements routiers en cours ou prévus dans le Cantal, soulignant que l’on ne pouvait pas tolérer la mise ne place d’une telle mesure dans des territoires comme les nôtres, tout comme on ne pouvait tolérer les défaillances actuelles de la ligne aérienne Aurillac- Paris.»  Christian Millette, Vice-Président de la CCI a souligné lui « que l’on allait perdre 12 % de temps de trajet, ce qui est énorme pour les entreprises et leurs salariés. » Quant à Laurent Ladoux, Vice-Président de la CCI et transporteur, il a prévenu pour conclure : « si jamais, on baisse de 10 km/h la vitesse des camions, c’est 70 % de notre activité qui partira du Cantal. »

Après cette ferme prise de position du monde économique, Jean-Philippe Aurignac, Secrétaire Général de la Préfecture a conclu cette AG, « en se félicitant du travail accompli avec la CCI du Cantal et en rappelant qu’elles étaient selon lui les pistes pour les entreprises cantaliennes : un développement concerté, des actions de recrutement et des investissements. »

 

La Motion contre la limitation de vitesse à 80 km/h : PDF iconmotion_limitation_vitesse_80_km.pdf